Vous cherchez à diversifier votre portefeuille? Pensez aux FNB

Fonds négociès en bourse (FNB)

Diverses études, ainsi que certains des plus grands spécialistes de la finance, dénient aux gestionnaires des fonds de placement un quelconque impact positif, à long terme, sur les positions des souscripteurs.

Les fonds d’investissement classiques donnent pourtant lieu à d’importants frais de gestion. Autant d’argent de perdu, selon l’avis de leurs détracteurs, puisque les analystes grassement rémunérés choisissant les actifs supposés surperformer sont inutiles.

À long terme, le fait est que les portefeuilles détenus dans les fonds d’investissement donnent rarement des plus-values supérieures à celles dégagées par les principaux indices boursiers.

De l’intérêt des fonds négociés en bourse (FNB)

Ce qui pousse principalement les investisseurs vers les Fonds Négociés en Bourse, ce sont les frais de gestion plus faibles que ceux contribuant au fonctionnement des fonds communs.

Souscrire à ces derniers entraîne des frais annuels dépassants 2% de l’investissement. C’est moins de 1% pour les FNB, et le recours à un courtier rémunéré au moyen de forfaits (par exemple 1 fois dans l’année et pour des transactions illimitées) peut faire baisser ces taux jusqu’à 0,15%.

D’où des économies de plusieurs milliers d’euros pour un investisseur ayant placé 100 000€ ou plus dans des Fonds Négociés en Bourse. Il va de soi cependant que le titulaire d’un petit portefeuille ne pourra pas amortir efficacement les frais inhérents aux transactions, surtout si les frais appliquées à celles-ci le sont à l’unité.

Quelques particularités des FNB

Un autre avantage des Fonds Négociés en Bourse est leur souplesse et leur diversité, qui résultent de la nature même des FNB (négociables en bourse aussi aisément que des actions).

De ces qualités découle un autre avantage: les Fonds Négociés en Bourse peuvent être fiscalement intéressants. Avec les FNB gérés passivement, le gain en capital n’est réalisé que lorsque le détenteur cède ses investissements, contrairement aux plus-values générées par les fonds communs et distribuées par les gérants du fond à échéances fixes.

Or le souscripteur de fonds passifs (fonds ne répliquant pas un indice boursier, mais indexés sur les valeurs d’un secteur de marché bien déterminé) a justement la possibilité de quitter ses positions à sa guise.

Quant au détenteur d’actifs placé sur des fonds indiciels cotés (FNB répliquant un indice), il aura la possibilité de vendre des actifs dépréciés pour générer une perte en capital déductible des impôts, idéal pour compenser les gains imposables dégagés par d’autres actifs.

La souplesse tout particulière des FNB

Mieux encore, le détenteur d’actifs au sein des fonds indiciels cotés, ou trackers, peut quitter une position hasardeuse dans un fonds pour une autre position tout à fait similaire, à condition que les deux fonds reproduisent le même indice.

Cette manœuvre permet à l’investisseur de profiter d’une perte en capital fiscalement intéressante (en se débarrassant des parts qu’il vend à perte) tout en restant en mesure de bénéficier d’une reprise de l’indice que reproduisent les actifs qu’il détient désormais.

Par exemple, l’investisseur peut céder ses actifs détenus dans le CDN S&P/STX. Il s’agit d’un fonds indiciel reproduisant les évolutions du principal indice de la bourse de Toronto. Il pourra alors se repositionner sur le BMO Dow Jones Canada Titans 60 dont les actifs sont soumis aux mêmes influences.

FNB

Pas mal, mais ça reste moins souple qu’un FNB.

Comment faire pour investir en FNB, à quel niveau de risque ?

Quoi qu’il en soit, il convient de rappeler que détenir des actifs expose aux aléas du marché, heureux et malheureux. Les relativement sûrs Fonds Négociés en Bourse ne garantissent donc pas plus que les autres les investisseurs contre les pertes.

Pour investir sur des FNB le plus simple est de s’inscrire chez un courtier en ligne comme ETX Capital qui dispose d’une offre particulièrement complète et d’applications mobiles de qualité.

N’oubliez pas qu’une allocation équilibrée doit comprendre à la fois des éléments à risque élevé mais également des supports patrimoniaux comme l’assurance-vie ou les livrets garantis en capital comme le livret A ou les livrets d’épargne des banques, ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier.

Connaissez-vous les FNB ? N’hésitez pas à partager votre expérience sur le sujet en commentant l’article !

1 Commentaire

  1. Alex de Consommer Malin

    Bonjour,
    Je ne connaissais pas ce terme, mais ça ressemble beaucoup aux trackers (ETF) qui reproduisent un indice boursier.
    Je compte placer dans mon PEA très orienté France et Euros, un tracker « Monde » dans un but de diversification.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *