Le bonus malus énergétique

Des économies d'énergie pendant vos vacances

Le gouvernement par la voix de sa ministre de l’écologie et du développement durable, Delphine Batho, a récemment voté une loi qui entrera en vigueur en 2016 visant a mettre en place un système de Bonus Malus énergétique dont l’objectif est d’inciter les Français à changer leur mode de consommation d’électricité pour tendre vers plus de sobriété.

Nous allons essayer de voir ensemble à qui s’applique cette loi de bonus malus, qui va en profiter et comment faire en sorte que votre pouvoir d’achat ne souffre pas d’une trop grosse facture EDF!

Le Bonus Malus : comment ça marche?

Pour simplifier, jusqu’en 2016, le gouvernement va calculer des seuils de consommation basés sur celle des 25% des foyers les plus économes en énergie.

En 2016, quand la loi bonus malus entrera en application, vous pourrez alors soit bénéficier d’un bonus si vous consommez moins que ce seuil, soit d’un malus si vous consommez plus de 3 fois ce seuil. Si vous êtes entre les deux, vous paierez uniquement votre consommation.

Le montant de ce bonus malus est encore trop flou pour le moment, la ministre ayant déclaré que certains foyers aurait jusqu’à 200€ de bonus par an mais sans explications sur le mode de calcul, ce chiffre ne veut rien dire en soi (d’autant que l’on ne parle pas du montant du malus)

Vais-je avoir un bonus ou un malus?

Difficile pour l’instant de répondre à cette question étant donné que les seuils de bonus malus ne sont à ma connaissance pas encore déterminés.

Cependant, étant donné qu’il sera calculé sur la base des 25% les plus économes (en prenant compte le nombre de personnes dans le foyer apparemment), il est fort à parier que ce sera difficile d’obtenir un bonus si vous n’avez pas de maison BBC, des panneaux solaires, une pompe à chaleur ou des appareils électroménagers dernier cri et consommant un minimum.

C’est justement l’une des critiques que l’on peut faire à ce système de Bonus Malus : c’est louable d’inciter la population à revoir son mode de consommation et de faire des économies d’énergies, mais n’est ce pas là un critère discriminant entre les foyers les plus aisés et les plus modestes?

Il sera beaucoup plus facile d’obtenir un Bonus si vous êtes propriétaire d’une maison rénovée, BBC, avec des investissements lourds en panneaux solaires ou en géothermie que si vous êtes locataire d’un vieil appartement à l’isolation défaillante, au chauffage à convecteurs électriques et que vous devez garder votre vieux réfrigérateur qui a 25ans car vous ne pouvez en acheter un neuf.

La simple différence entre un propriétaire capable d’investir pour consommer moins et un locataire qu’on embêtera pour le moindre clou dans le mur pose un réel problème : c’est probablement les personnes les plus aisées qui vont bénéficier de ce système de bonus malus et non les foyers les plus modestes qui n’ont « pas les moyens d’être économes », je trouve que c’est un comble pour un gouvernement socialiste !

Bonus malus

Bonjour Mr le proprio! Dites, faudrait changer le toit, les fenêtres et les murs, parce que là…

Il aurait été judicieux d’intégrer dans cette loi de bonus malus un volet permettant aux locataires, c’est à dire plus de 40% des Français et ce sont à priori les moins fortunés vu qu’ils n’ont pas de patrimoine (à moins qu’il ne s’agisse d’un choix de rester locataire) d’être moins pénalisés en cas de malus, tout simplement car ils ont tout simplement moins de marge de manœuvre

C’est beau de ne pas laisser sa TV en veille ou de mettre une lampe basse consommation, mais sans isolation et avec des grille-pain en guise de chauffage, ça reste une goûte d’eau dans un océan de gaspillage.

Peut-être qu’une partie de ce malus pourrait-être amputé sur le compte des propriétaires, ce qui les encouragerait à rénover et investir dans leurs investissements locatifs afin de les rendre moins énergivores! Madame Batho, si vous lisez ces lignes…

Que faire pour éviter le malus énergétique?

Si vous êtes propriétaire, vous avez plus de marge de manœuvre pour profiter de ce bonus malus.

Sachez par exemple qu’il y a unanimité sur le fait que l’isolation de votre maison/appartement est le levier le plus efficace que vous puissiez utiliser pour réduire votre consommation d’énergie.

Non seulement cet investissement sera rentable au bout de quelques années, mais il mettra également en valeur votre bien en cas de revente. Sachez également que l’état accorde des réductions d’impôt importante pour les personnes réalisant des travaux d’isolation, cela s’appelle le  crédit d’impôt en faveur du développement durable.

Si vous avez déjà réalisé des travaux dans ce genre ou que vous êtes locataire, alors vous avez encore quelques moyens de baisser votre consommation énergétique et profiter du bonus malus, vous pouvez consulter l’article que j’ai rédigé il y a un moment sur le sujet et qui reste parfaitement d’actualité : 6 méthodes pour baisser sa consommation électrique.

Sachez enfin que selon les projections de la commission de régulation de l’énergie, la facture d’électricité devrait grimper de 30% d’ici 2017, il est donc important d’agir dés que possible pour limiter ces effets et préserver votre pouvoir d’achat.

 

8 Commentaires

  1. Sébastien

    Les choses se mettent en place pour cesser le gaspillage d’énergie et beaucoup d’alternatives très intéressantes voient le jour.

  2. Combattrelacrise.fr

    Merci Quentin pour votre participation et la référence historique,

    Je partage totalement votre point de vue concernant la nécessité pour l’Homme de trouver des sources d’énergie renouvelables, pertinentes à la fois sur le court, le moyen et le long terme. Ce que je pointe du doigt dans l’article ce n’est pas la volonté d’incitation du gouvernement à un comportement plus éco responsable, bien au contraire!

    Ce que je conteste, ce sont les moyens mis en oeuvre pour y arriver car contrairement à vous, je pense que ce ne sont pas ceux qui consomment le plus qui sont les plus riches, au contraire !

    Ce sont les plus aisés d’entre nous qui peuvent investir dans leur habitation, qui peuvent changer leur électroménager, qui peuvent y consacrer le temps et l’énergie nécessaire. Une maison en bois avec géothermie, panneaux solaires, isolation poussée, éclairages led, électroménager dernier cri consommera bien moins d’énergie que le pavillon années 70 mal isolé, mal entretenu et mal équipé.

    A rajouter à ceci, comment faites-vous avec les locataires? ils représentent presque la moitié de la population et se retrouvent pieds et poings liés à subir les performances énergétiques de leurs habitations sans avoir la possibilité d’y changer quoi que ce soit.

    Je pense que la solution passe par la technologie : contrairement à vous, je pense que l’eau et l’énergie sont des sources quasi infinies, en tous cas très supérieures à nos besoins, il faut par contre développer les technologies permettant de les exploiter. Je parle de l’eau de mer (désalinisation) qui représente 75% de la surface de la planète et de l’énergie solaire, gratuite, abondante et illimitée.

  3. Quentin

    Malheureusement, l’état a encore fait une usine à gaz. Mais l’idée est là.

    La consommation d’eau et d’énergie pose 2 problèmes :
    – Ressources finies (limitées).
    – Impact écologique.

    Le premier point implique que : quelques que soient les règles fiscales, le coût augmentera, et plus il augmente tard, plus le coup sera violent.

    Les deuxième point est plus difficile à cerné, car il ne touche pas notre portefeuille, mais il est aussi important.

    Maintenant, on a un problème. On a besoin d’un minimum vital d’eau et d’énergie. Et un autre problème, il faut que l’augmentation des coût ne soient pas trop douloureuse.

    Une bonne solution : Un prix progressif. L’augmentation touchera d’abord les gros consommateurs (donc les plus riches) et incitera à consommer raisonnablement.

    Maintenant reste que la mise en œuvre n’est pas forcément simple ! Mais bon on a bien su faire des tickets de rationnement juste après la guerre.

    Pour bien illustrer la crise énergétique, je vais tenter une petite explication de l’histoire. En effet, regarder dans notre rétro n’est jamais une mauvais idée.

    Plaçons nous en Europe Occidentale aux alentours de 1300. On vient de vivre une croissance économique longue de plus de 2 siècles. La population a augmenté, la richesse à augmenté, les institutions se sont améliorées, la santé est meilleure, les guerres ont reculé, le commerce s’est développé. Attention pas dans nos proportions actuelles tout ça.

    Sur quoi était basée cette économie ? Le bois ! Enfin précisons. Depuis l’empire romain, la population a fortement diminué et les forêts ont repris leur droit. Les gens se retrouvent donc face à une très belle forêt européenne. Et là il y a 3 avantages :
    – Couper les arbres permet d’accroitre la surface agricole et donc de nourrir plus de population.
    – Couper des arbres permet de faire de bonnes charpentes aux maisons.
    – Couper des arbres permet de bruler le bois et d’avoir une énergie bon marché.

    Mais voilà, si on coupe un arbre pour le remplacer par un champ, la « biomasse » n’est plus une énergie renouvelable.
    On arrive donc en 1300 : la population est forte, les champs permettent de la nourrir, on n’a pas fait de progrès agricoles car si suffisait de s’agrandir. Et puis… Il n’y a plus de forêt en Europe !

    Ah, donc on ne peut plus augmenter les productions agricoles, on n’a plus de matériaux de construction, on a plus d’énergie. Mais, on ne change pas un modèle qui gagne ! Alors, on reste sur ce modèle et… Les maisons se dégradent, la population augmente plus vite que la production agricole… c’est le peak oil – euh, non, le peak wood.

    Arrive 1316… Première grande famine depuis belle lurette. et quand on a faim et froid (pas de chauffage au bois).
    – On se bagarre avec le voisin pour avoir un peu plus.
    – On est en moins bonne santé.

    Et 1337 : comme par hasard… Guerre (de cent ans entre la France et l’Angleterre), en fait 115 ans.
    1348 : Pandémie de peste et l’Europe perd 1/3 de sa population en 2 ans ! Il faudra 2 siècles pour s’en remettre !

    Le tout suite à une crise énergétique et écologique ! ça fait réfléchir non ?

    Aujourd’hui, avec le pétrole (qui se renouvelle moins vite que la forêt), on est à la veille de ce genre de chose… ou pas ! Il faut peut être essayer de changer le modèle avant la crise (la vrai, pas celle des subprime).

  4. david

    Beaucoup de gens ne savent pas qu’ils sont éligibles au forfait social, c’est toujours bon de rappeler que ça existe.
    Ensuite, ça n’empêche pas que de forcer les propriétaire à faire des travaux supplémentaires n’est pas forcément la bonne chose à faire pour maintenir le marché locatif.

    Quand à mon exemple de facture d’eau, c’est assez simple : consommation très faible (inférieur à 10m3), et un forfait fixe pour tous très élevé!
    D’où au final un coût au m3 totalement délirant.
    Parallèlement, la société dans son ensemble demande de faire attention à l’eau. Mais quand l’eau ne coute rien en comparaison avec le forfait fixe, il est idiot de demander aux gens de faire attention.

  5. Combattrelacrise.fr

    Bonjour David,

    Je ne pense pas que l’on puisse affirmer que l’argument n’est pas avéré à cause des aides sociales étant donné que celles-ci ne s’appliquent pas à tout le monde : certaines personnes sont trop riches pour être pauvre et trop pauvres pour êtres riches!

    Je ne saurais expliquer la facture d’eau dont vous parlez mais elle me parait effectivement délirante également… peut-être du à une consommation plus importante l’année d’avant ? Ces services se basant souvent sur la consommation à l’année dernière pour évaluer celle de l’année en cours…

  6. david

    Personnellement, je trouve que cette loi est une bonne chose.
    Déjà l’argument des locataires avec très peu de moyens (par exemple pour un couple avec 2 enfants, moins de 1800€ net de revenus) n’est pas viable, il y a les tarifs sociaux.
    Après, bien entendu, il faudra que les propriétaires soient poussés à faire des efforts de manière incitatives et non répressives.

    Pour revenir au sujet, que dire des personnes qui actuellement consomme peu et paye près de 15€ le m3 d’eau? (Dû à un tarif faible mais à un très gros abonnement fixe.)
    Ce cas est vrai, on m’a montré la facture d’eau.
    Pour moi, c’est simplement délirant!

  7. Combattrelacrise.fr

    Bonjour Benoit,

    Je vous rejoins sur le fait que les locataires vont devoir payer les manques d’investissement des appartements mal isolés alors que typiquement, ceux qui louent ce genre de bien sont justement les moins à l’aise financièrement…

    L’idée est louable de vouloir changer les habitudes des consommateurs vers moins de gaspillage, mais la façon dont la loi a été votée risque de donner encore plus d’argument pour ceux qui dénigrent les écolos bobos…

  8. benoit

    Ah la dictature du bien en France!

    Qui a vraiment le temps de calculer tout ça chez lui? A moins de prendre un comptable perso, je vois pas.

    Je ne comprends pas pourquoi le locataire devrait payer pour des isolations à charge du propriétaire. C’est un peu n’importe quoi les idées du gouvernement en ce moment. Mais bon Peak Oil oblige, faudra bien sortir d’une façon ou d’une autre des énergies fossiles…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *