Emplois : après les délocalisation, l’automatisation

Intelligence-artificielle-emplois

Il y a quelques jours, je suis tombé sur un article intéressant qui prétend que 85% des emplois de 2030 n’exitent pas encore.

Bien sur, il s’agit d’une projection d’un think tank outre atlantique comme il y en a 3 par semaine et dont la plupart ne se réalisent pas, mais cette projection a retenu mon attention car elle renvoie à quelque chose que personnellement je ressens déjà dans mon travail et que je considère être tendance de fond : la transformation digitale et l’avénement de l’intelligence artificielle qui va aboutir tot ou tard à une automatisation des tâches constituant la plupart des emplois que nous connaisons aujourd’hui.

L’article a une tournure positive qui sous entend que énorme vague de création d’emplois va avoir lieu : ce n’est pas faux mais ce ne sera évidemment pas de l’additionnel avec les emplois existants aujourd’hui : il faut bien comprendre qu’on parle d’une transformation très profonde basée sur les deux mamelons qui drivent le monde occidental : le capitalisme et l’avancée technologique.

emplois-schumpeter

Ca fait peur hein. Sauf si on est dans la peau de ce qui est nouveau.

Il existe même un site (à ne pas prendre trop au sérieux quand même) qui vous donne la proportion de chances que votre emploi soit menacé par ce phénomène : https://willrobotstakemyjob.com/

Nos emplois : Automatisation vs Délocalisation

Il fut un temps ou les délocalisations étaient une menace pour les emplois en france et en europe, ça l’est toujours évidemment mais demain ce ne sera plus le seul danger : l’automatisation le sera bien plus.

Qu’est-ce que l’automatisation? Le remplacement des tâches effectuées par les humain par des tâches effectuées par des programmes informatiques : algorithmes, applications, robots, intelligence artificielle : ce n’est pas de la science fiction ou un avenir encore lointain, j’ai moi-même dirigé des projets de la sorte et la tendance est entrain de s’amplifier.

Pourquoi? Tout simplement car délocaliser pose beaucoup de problèmes :

  • Question d’image : pas très sympa la boite qui remplace ses emplois français par une succursale en roumanie
  • La complexité et la « perte de controle » : faire fabriquer ses produits en inde coute moins cher, mais vous ne pouvez faire le tour de l’usine tous les matins, il faut s’adapter à la culture locale, assurer une communication efficace en plusieurs langues…
  • Les couts: globalement rentable, la délocalisation génére également des couts supplémentaires, on voit parfois des entreprises relocaliser les emplois précédemment délocalisés car au final beaucoup de complexité supplémentaire pour un gain faible.

Là ou la délocalisation permet de baisser le cout de revient de 20 à 40%, l’automatisation… supprime le cout. Certes il y a l’investissement initial mais c’est autrement plus rentable, au final 95% des couts disparaissent car une machine a besoin d’électricité et d’éventuellement l’intervention d’un technicien tous les 3 mois, elle ne prend ni congés ni d’arrets maladie et travaille sans jamais faire d’erreur 24/24h 7/7j : l’employé parfait en somme.

Bref, avant on cherchait à remplacer des employés qualifiés par des employés qualifiés mais moins cher, ce qui au moins a l’avantage de créer des emplois dans des régions du monde défavorisées, désormais on cherche à remplacer les employés par des algorithmes immatériels ou des machines / robots. Ce n’est pas nouveau pour l’industrie, ce qui est nouveau c’est que désormais ça touche aussi les emplois de services / tertiaire.

Devons-nous rester là à regarder sans rien faire?

J’aime beaucoup ce genre de question qui dès sa formulation donne la réponse : évidemment que nous, je vois deux axes de travail qui peuvent nous aider non pas à lutter car c’est inéluctable (sauf si on considère que le progrès technique et scientifique, c’est mal) mais à vivre une transition la plus paisible possible.

emplois-automatisation-desctruction-creatrice

Voilà, donc c’est pas nouveau tout ça. La révolution industrielle c’était pas mal aussi niveau changement ! Ce qui change par contre c’est le rythme. Plus ça avance, et plus ça avance vite, on appelle ça une échelle logarithmique.

Formation

Le système scolaire actuel, de la maternelle aux études supérieures est déjà totalement dépassé par un monde qui va beaucoup trop vite pour lui, il sera complétement balayé avec ces changements profonds de notre société afin de réorienter nos emplois vers quelque chose de beaucoup plus protéiforme qu’actuellement.

Si le contexte économique change aussi vite et que 85% des emplois d’un futur proche (2030 c’est dans 13ans) on comprend bien qu’un modèle ou l’on est formé de 5 à 22/23ans pour les plus assidus puis qu’on travaille 40ans à appliquer des connaissances apprises dans sa jeunesse n’a ABSOLUMENT AUCUNE CHANCE de survivre.

En attendant que les « mammouths » que sont l’éducation nationale et nos gouvernants bougent, il faut que vous bougiez avant si vous ne voulez pas connaitre le chomage de masse et les emplois détruits à coup de millions (cf la destruction créatrice de schumpeter) il faut sortir du système actuel.

Formez-vous donc, en continu. Inscrivez-vous à des moocs, à des formations professionnelles, n’hésitez-pas à vous reconvertir, à changer de vois et à aller là ou se trouvent le vivier d’emplois de demain : le monde de demain exigera de nous que nous soyons adaptables, que nous ayons parfois plusieurs métiers, plusieurs domaines et d’être créatifs : domaine que l’intelligence artificielle mettera le plus de temps à atteindre.

Bien sur, vous pouvez aussi écouter les populistes des extrêmes (gauche et droite) vous expliquer qu’ils vont réussir à nager contre le sens de l’histoire et qu’eux lutteront : la question ici ce n’est pas les lâches ou les braves, mais les agiles ou les fossiles.

Entrprenariat

On peut aussi se prendre en main et ne pas attendre des emplois du gouvernement ou des entreprises existantes et lancer son activité, même mineure, même avec un chiffre d’affaire ridicule, ce sera toujours une sécurité supplémentaire.

Certains domaines de l’entrepreunariat, grace à internet notamment permettent de se lancer en vendant des produits sans même devoir faire de la gestion de stock, ça s’apelle du dropshipping en france.

Le fabricant envoie directement le produit au consommateur, sans que vous n’ayez à gérer du stock. Supprimer cette dimension physique vous fera gagner un temps énorme ce qui vous permettera soit de multiplier les expériences, soit de garder votre éphémère emploi encore quelques temps.

On peut aussi se reconverir dans des métiers qui seront concernés plus tard voir pas du tout : posez-vous simplement la question pour savoir si un ordinateur pourrait faire le travail à votre place. Petit indice, un chirurgien et un grand chef de restaurant malgré leurs compétences et leur savoir faire sont en danger imminent car leur métier c’est suivre des régles, être précis, réfléchir à toutes les possibilités :bref,  la zone de confort d’un programme informatique.

Bref, un défi énorme mais beaucoup de solutions à condition de ne pas rester sans rien faire : vous pouvez raler que le monde est ceci ou cela, ou vous pouvez saisir l’opportunité, je vous encourage à suivre la deuxième voie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *