Crise de 2020 : Quand (ré) investir ?

investir-crise-2020

Comme je l’expliquais déjà dans le récent article sur la crise de 2020 : se préparer à la récession entamé avant la récente chute des marchés financiers, l’année 2020 risque d’être mouvementée pour vos investissements.

Si vous êtes à la recherche de repères pour investir durant la crise, lisez bien l’article jusqu’à la fin car j’y décris en détail ma façon de faire pour investir en bourse en 2020.

covid19-carte-monde-2020

Dans une économie mondialisée, tant qu’une zone est affectée tout le monde l’est

Initalement déclenchée par la crise du COVID-19 qui frappe de plein fouet l’intégralité de la planète, et alors que certains pays s’en sortent mieux que d’autres (l’asie et l’allemagne : comme par hasard les pays les plus organisés…) il ne faut pas à mon sens pas calquer sa stratégie d’investissement sur l’évolution de la situation sanitaire.

Crise de 2020 : Covid-19, l’élement déclencheur

Si la crise de 2020 est d’abord en effet initiée par le coronavirus qui met à l’arret l’économie mondiale dans des proportions encore jamais vues depuis la seconde guerre mondiale, le virus venu de chine n’en est que l’élement déclencheur.

En effet voilà plus de 10ans que l’économie mondiale était dans un « bull market » à savoir une expansion économique sans précédent, faisant de l’investissement en bourse un moyen plus que jamais formidable pour devenir riche ou tout simplement faire fructifier son capital.

Evolution de l’indice américain S&P500 depuis la crise de 2008

Cependant, ceux qui s’intéressent à l’économie et suivent les marchés financiers régulièrement savent très bien que la situation début 2020 n’était plus tenable : quelque soit la nouvelle, les bourses montaient de façon excessive et déraisonnable, en totale décorrélation avec l’économie réelle.

Une correction était donc inévitable et le Covid-19 n’est que le déclencheur de la crise de 2020, elle n’en est pas la seule cause loin de là.

Crise de 2020 : ne pas confondre l’économie & la santé

C’est en celà qu’il faut selon moi être vigilant : considérer que les marchés financiers vont repartir au moment ou le déconfinement global sera décrété est selon moi une erreur pour plusieurs raisons.

Le Covid-19 ne va pas disparaitre du jour au lendemain

Premiérement car la situation sur le plan santiaire n’est jamais binaire : le jour ou la France annoncera la fin du déconfinement, le covid-19 lui ne va pas disparaitre comme par magie pour autant.

Comme l’explique Yves Gaudin, directeur de recherche au CNRS il va falloir vivre avec le virus pendant une durée de 2ans environ, le temps qu’un traitement efficace soit en place, puis de trouver un vaccin qui sera inoculé à une grande partie de la population.

La fin du confinement en France sera donc surtout l’occasion de redoubler de vigilance et aura plus à avoir avec la pression sur l’économie que sur la santé.

Les effets sur l’économie à venir

L’économie, parlons-en justement : si la crise de 2020 est d’abord une crise sanitaire, elle est aussi une crise économique majeure, peut-être l’une des plus violentes que nous aurons à traverser.

L’impératif santiaire oblige à faire un SHUT DOWN de l’économie mondiale pendant plusieurs mois : cela à un cout exorbitant à la fois pour les états qui s’endettent massivement pour répondre à la fois aux crises santitaires et économique, mais aussi et surtout aux entreprises et aux particuliers.

Beaucoup d’entreprises en France et à travers le monde connaissent et vont connaitre des périodes très difficiles avec à la clé : faillites, licenciements, baisse de l’investissement, des recrutements.

Ces effets ne vont bien sur pas disparaitre avec la fin du confinement, il vont au contraire apparaitre bien après, transformant ainsi petit à petit la crise de 2020 de crise santiaire à crise économique.

Risque systémique et de solvabilité

Bien sur tout cela va avoir des répercussions sur les particuliers : pertes d’emploi, tensions sociales et baisse à la fois du pouvoir d’achat et de la consommation, voir de la solvabilité.

Qu’elle soit liée à celle des ménages ou des entreprises, les dettes vont peser lourd et il est fort à parier que les défauts vont augmenter (les gens qui ne peuvent plus rembourser leur crédit) ce qui risque également de mettre les banques déjà pas au mieux de leur forme dans une situation difficile.

Bien sur, les états vont apporter leur soutien « quoi qu’il en coute » comme le disait Emannuel Macron dans son discours aux Français au début de la crise, éspérons que cela suffise et que les effets sur la dette des états ne soit pas ingérable par la suite.

Quand ré investir en bourse en 2020 ?

Voilà donc le contexte difficile dans lequel s’inscrivent tous les investisseurs qui découvrent (et j’avoue en faire partie) à quel point notre système économique est fragile et à la merci d’impondérables.

Comment dans ce contexte ré investir en bourse sereinement et sans risque de se faire découper en deux au moindre tweet de Donald Trump ou annonce de résultat ?

Pour ré investir en bourse en 2020 et sachant que personne n’est capable de prédire ni l’ampleur ni la durée de cette crise de 2020, voici l’approche que je privilégie.

Bien sur, il ne s’agit en aucun cas d’un conseil d’investissement, vous êtes seul responsable de vos actes et je ne fais ici que partager ma façon de faire!

Crise de 2020 : investir par palliers

Si je connaissais le point bas des bourses mondiales et de chaque action du CAC40, je serai évidemment bien plus riche que je ne le suis.

N’ayant pas de boule de crystal, je préfère donc investir par palliers que j’estime être au nombre de 3 sur le graphique mensuel du CAC40 :

Le principe est simple : investir une partie de son capital sur chaque zone pendant la crise de 2020

Tout d’abord, je pense que nous n’avons pas encore atteint le pire de la crise économique : les marchés s’ils ont baissé violemment ne l’ont pas fait de façon très profonde pour le moment, en aucun cas à la hauteur de l’impact sur l’économie réelle en tout cas.

Les marchés baissiers prennent du temps et ne descendent pas en ligne droite, la récente reprise vers les 4500 points ne me semble donc pas pérenne mais un simple « rebond technique ».

A partir de là, je définis 3 zones à des niveaux de prix clés ou le CAC40 a des chances de rebondir :

  1. Zone des 3600 / 3800 pts : Il s’agit des récents plus bas du CAC40 qui peut y retourner, ce sera l’occasion d’investir une partie du capital.
  2. Zone des 3100 / 3300 pts : Zone de support long terme qui capte tous les points bas du CAC40 depuis sa création.
  3. Zone des 2300 / 2500 pts : les plus bas des crises de 2000 et 2008, cela voudra dire que la crise de 2020 est très profonde.

A chacun de ses paliers, l’idée est d’investir une partie de son capital avec une logique positive et limitant le risque que vous prenez :

  • C’était le point bas ? Tant mieux, et on investit le reste durant la reprise
  • Le cac40 va chercher plus bas ? Je garde des liquidités qui me permettent d’acheter moins cher.

Bien sur, si le cac40 descend significativement sous les 2300 points la stratégie n’est plus viable mais sincérement, si on va jusque là c’est que la crise de 2020 aura été sans précédent et il y aura de sérieuses craintes pour le système dans sa globalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Marketing & SEO par RYBEN CONSULTING