Crise de 2020 : Faut-il revenir en bourse ?

La crise de 2020 dans laquelle nous sommes empétrés depuis maintenant plusieurs mois suite à l’émergence du Covid 19 et le confinement généralisé de l’économie mondiale a eu des effets dévastateurs en bourse.

Si les niveaux atteints par le CAC 40 sont désormais revenus à des niveaux proches de là ou ils étaient en mars 2019, je vous en parlais dans cet article, l’incertitude est plus que jamais présente et c’est donc l’occasion de faire le point sur l’évolution possible de la bourse française.

Crise de 2020 : quelle crise ?

Si le choc économique est bien réel et très violent, l’impact de la crise de 2020 sur la bourse est bien moins évidente !

Bien sur, les indices boursiers européens que ce soit le CAC40 en France ou le DAX allemand ont « senti passer » la crise du Covid 19 et ses effets dévastateurs sur l’économie.

crise-2020-cac40

Pour les moins doués en maths, oui perdre puis gagner « à peu près » le même pourcentage ne vous fait pas revenir au même niveau puisque 40% des 6100 pts ou était perché le CAC40 vaut plus que les 35% de gain de 3600pts !

On le voit donc bien sur le graphique ci-dessus, la bourse française mais aussi mondiale à bien senti passer le coronavirus et la panique a touché les marché de plein fouet.

Cette panique généralisée n’a d’ailleurs pas concerné que la bourse mais également tous les autres actifs financiers comme :

  • Les métaux précieux : l’or, l’argent, le palladium
  • Les matières premières : pétrole, gaz…
  • Les cryptomonnaies comme le bitcoin

Bref, à moins d’avoir ce que les investisseurs appellent des « liquidités » c’est à dire de l’argent non investi, en cash ou sur un fond euro d’assurance-vie vous étiez assurément assuré de perdre de l’argent sur les marchés financiers au premier trimestre 2020.

crise-2020-or

Si cette réaction aussi violente inattendue des marchés était justifiée, elle parait aujourd’hui bien dernière nous tant les marchés boursiers se sont (là aussi) violemment repris.

A partir de la mi-mars 2020 les marchés ont offert une opportunité en or à celui souhaitant investir en bourse et ayant la chance ou le cran de rentrer quand tout le monde souhaitait sortir.

« Acheter au son du canon » est un dicton boursier très connu et qui aura ici parfaitement fonctionné !

Cette situation est encore plus vraie pour les indices américains toujours plus solides et performants que les indices européens puisque le SP500 et le Nasdaq sont revenus à des niveaux égaux ou supérieurs à l’avant crise !

Vous avez bien lu, alors que l’impact économique réel est épouvantable, que des milliers d’entreprises vont mettre la clé sous la porte, le Nasdaq lui est à un niveau supérieur à ce qu’il était avant le début de la crise de 2020 !

Pourquoi la bourse résiste en 2020 ?

Comment est-ce que les indices boursiers censés représenter l’état de l’économie d’un pays peuvent être à des niveaux supérieurs à ceux ou ils étaient en début d’année malgré la crise de 2020 et le confinement qui a des répercussions économiques aussi négatives ?

pib-france-crise-de-2020

La réponse tient en un mot : les liquidités déversées par les banques centrales (américaine et européenne principalement)

Qu’est-ce que les liquidités ? Tout simplement de l’argent que la réserve fédérale américaine ou la banque centrale européenne prête aux banques et aux entreprises à des taux tellement bas que l’impact du crédit devient quasi nul.

Ces liquidités nouvelles se retrouvent ensuite sur les marchés financiers : les investisseurs (les grosses mains, les hedge funds et autres banques d’investissement, pas vous ni moi évidemment) peuvent donc bénéficier de grosses sommes à investir, qu’ils s’empressent d’utiliser pour acheter des actifs financiers.

Acheter des actifs financiers (des actions principalement) revient à soutenir la demande et donc à faire monter les prix de façon artificielle, ce qui participe à créer un bulle financière.

Dans le graphique ci-dessous qui montre l’évolution des cours de bourses par rapport à l’économie réelle, on voit que l’écart n’a jamais été aussi important entre la crise sur le terrain et l’enflamade sur les marchés.

pib-capitalisation-bourse-2020

En synthèse : les investisseurs n’achètent pas car ils sont convaincus de la bonne affaire, mais parce qu’il faut bien qu’ils achètent quelque chose.

Crise de 2020 : quelle stratégie adopter au second semestre ?

Ils n’achètent peut-être pas pour les bonnes raisons, mais ils achètent quand même aurait-on envie de dire !

Cela fait des décennies que les marchés financiers « marchent sur la tête » selon les dires des économistes eux-même, si nous devions attendre que tout soit logique et rationnel avant d’investir en bourse, on risque d’attendre encore longtemps.

Or, on le sait, la bourse même si elle présente parfois une grande volatilité et une perte de capital temporaire, reste le meilleur support d’investissement de part le rendement qu’elle procure.

Dans ces conditions faut-il revenir en bourse au second trimestre 2020 ?

Je pense que oui (ceci est mon avis, pas un conseil en investissement!) mais uniquement à certaines conditions :

Privilégier les actifs qui vont profiter de la reprise

L’union européenne a pour la première fois mis en place un plan de relance conséquent de 750 milliards d’euros destiné à soutenir l’économie.

Ces sommes seront évidemment réparties de façon non homogènes et serviront principalement à financer la révolution verte : déplacements, isolation des habitations, production d’énergie propre…

Il serait donc judicieux d’opter pour un investissement responsable et écologique pendant la crise de 2020 car ce type d’investissement risque d’avoir le vent en poupe sur les prochains mois.

Diversifier et se protéger !

Si comme le dit Benjamin Graham, plus d’argent a été perdu par les investisseurs souhaitant éviter les crises que pendant la crise elle-même et qu’il est tentant de vouloir revenir en bourse en pleine crise de 2020, il faut tout de même prendre des précautions.

C’est absolument indispensable en ces temps d’incertitude maximum de diversifier vos investissements afin de ni rater un train, ni se prendre une violente dégringolade des cours.

Diversifier est un mot que j’aime beaucoup, que ce soit pour ses investissements ou pour ses revenus, il est encore là aussi parfaitement d’actualité afin d’éviter les bêtises !

Il ne faut par exemple investir que l’argent dont vous n’avez pas besoin à court terme car les risques de moins-value temporaire est important en temps normal en bourse et l’est encore plus pendant cette crise de 2020.

Attention également à ne pas se laisser avoir par les sirènes des dividendes qui ne sont en réalité qu’un leurre, aujourd’hui plus que jamais il faut investir dans des entreprises de qualité qui font des bénéfices et ont des perspectives de long terme.

close

1 Commentaire

  1. Nicolas

    Les traders se font beaucoup d’argent en ce moment et les petits investisseurs « pere de famille » perdent de l’argent en bourse comme d’habitude… il est temps que ca change !!!

    merci pour l’article très instructif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Marketing & SEO par RYBEN CONSULTING